Désapprendre à jouer du piano

Une performance initiée par Work & Leisure International (Birmingham, UK) en 1999, revisitée en 2011/2012 et en préparation pour une troisième version à Sète en été 2022 grâce à une bourse de La Fondation des Artistes.

 

 

richard leppert audeoud de-learning
Dans 'Voir le son. Musique, représentation et histoire du corps' ('The Sight of Sound, Music, representation, and the history of the body') Richard Leppert analyse la musique comme marqueur de pouvoir à travers l'histoire de la peinture. Il consacre un chapitre à la représentation des femmes à leur piano et développe comment ces peintures illustrent le discours de l'époque en question sur leur position domestique, sociale, culturelle et politique. En complément des quelques exemples qu'il analyse, j'ai rassemblé une collection d'un millier d'images de femmes à leur piano dans l'histoire de la peinture occidentale et la culture visuelle contemporaine.
(voir pdf ou sur issuu)

Plutôt que de détruire par le feu ou à coups de hache le piano (d'autres l'ayant déjà très bien fait) j'ai préféré m'asseoir dans la peinture, en face de l'instrument pour tenter de -jouer ce qu'on m'a appris : quelle musique jouer, quand, comment, pour et devant qui... C'est-à-dire :
- à n'être que l'interprète docile et douée de ce que les maîtres (certes géniaux) ont écrit, parfois lorsqu'ils étaient petits garçons... à le faire sans faute(s), au bon tempo et avec la bonne dose du bon ressenti passé dans les doigts.
- à jouer à la maison, enfin.. c'est ce qui s'apprenait jusqu'à la génération de ma grand-mère : jouer du piano pour son mari et ses amis (en fonction du statut social) et pour apprendre à ses filles. (Ce n'est qu'au début du vingtième siècle qu'une pianiste donner un récital devant un public hors du cercle familial ou religieux.)
-à jouer une partition écrite dans les règles de composition classiques, le respect des tonalités, de la construction des tensions et de leur résolution... d'une temporalité donnée comme le temps du concert, le morceau de musique, la chanson.., ou le temps de l'enregistrement (l'album, le coffret CD...), le format de la documentation (l'enregistrement live ou en studio, l'audio la vidéo, la partition), les habitudes du rapport au public (le silencie et les quintes de toux, le club de jazz bruyant, l'église, effacer les bruits en studio,la qualité des salles, comment on s'habille pour écouter du classique ou du contemporain). S'il ne s'agit plus là de spécificités genrées, mais de pratiques régulées (et régulantes), elles font aussi partie de que j'ai tenté de dé-sapprendre.

Je ne joue que ma musique, une musique, non sans inlfuences, mais qui n'est celle ni de la pop, ni du néo-classique ni du jazz dans leur formes traditionnelles

 

 

Performance #1 (Londres / Birmingham / Manchester / Munich 1999)

Une performance de quatre mois documentée par 140 heures d'enregistrement sur cassettes audio et SVHS (transférées sur DVDs and CDs).
Texte du catalogue par Josephine Pryde.

Ci-dessous : Dans l'atelier à Londres et le récital final à international3 Manchester, 1999

 
Ci-dessous : En version installation pour l'exposition de groupe 'Ne travaillez jamais' commissariat de  Meta-Studio, Munich, 1999

 

 

Performance #2  (Paris / Barcelone) 

Performance de deux ans sur un quart de queue Klein (parfois préparé), dans l'atelier-logement de l'artiste à Paris, avec une bourse de la Mairie de Pari.
Publication d'un album 5 cds pour la partie 1 sur deezer et 1 CD pour la partie 2 et la plupart des plateformes de téléchargements musicaux.

 

Ci-dessous : Photo dans l'atelier et extraits des vidéos publiées en ligne pendant la performance.

Ci-dessous : Version installation pour l'exposition de groupe 'This Is Not An Art Show, Even' commisariat de David G Torres, Centre d’Art Contemporani de Barcelona (ES) 2012 présentation des documentations de la performance #1 et #2 et plusieurs performances live (pour le vernissage et pendant l'exposition)

Publication d'un album des lives sur deezer et la plupart des plateformes de téléchargements musicaux.

 

 

Ci-dessous : Extraits des performances live

 

 

Inclusions dans d'autres expositions ou evènements :

 

Ci-dessous : Dans 'Praying for North Korea in Cork', exposition solo à Mariah Black, at Triksel Art Centre, Cork (IE), 2014
Publication d'un album enregistré sur l'Eavestaff on Apple music, on Deezer)

 

Ci-dessous : Dans l'exposition de groupe ‘Natura Lapsa', commissariat de Yann Chevallier et Laurent le Deunff, le Confort Moderne, Poitiers, 2014
 

Ci-dessous : Dans le cadre de la foire Art-O-Rama, sur invitation du Confort Moderne et de la revue Pétunia, Marseille, 2012

 
Ci-dessous : Dans l'exposition de groupe 'Hit & Run', commissariat de Stéphane Bérard, Galerie Eva Meyer, Paris, 2011

Retour haut de page